Go to content Go to menu

INGRESS Pornic

Cet été, difficile d’échapper à POKEMON GO, le jeu publié sous la bannière de NINTENDO mais développé par NIANTIC.

Peut être par esprit de contradiction ou parce que je suis sensible au principal reproche que la presse spécialisée à adressé à NINTENDO, à savoir l’inexistence -ou presque- d’interaction entre les joueurs, j’ai résisté.

J’ai résisté pour sauver vos esprits de l’influence de la XM (Xéno Matière ou matière extra-terrestre). J’ai joué à INGRESS.

INGRESS est considéré comme l’ancêtre de POKEMON GO. La filiation me semble surtout liée au fait que ces deux titres ont été réalisés par NIANTIC car leurs philosophies sont tout de même très différentes : tandis que POKEMON GO consiste à engranger un maximum de monstres de poche dans sa petite ménagerie personnelle, INGRESS met en scène une lutte planétaire entre les éclairés et les résistants autour du contrôle de portails.

Tandis que nous (j’écris nous car c’est Bichette qui était à la manœuvre avec mon smartphone) arpentions les rues de Pornic pour hacker des portails et tenter d’en prendre le contrôle, nous avons rapidement remarqué que les joueurs de POKEMON GO se retrouvaient également autour des portails.

Je me suis alors dit que l’algorythme utilisé pour positionner les portails et les pokestops/arènes devait être le même à peu de choses près pour ces deux applications. Je n’imaginais pas en effet que les développeurs de NIANTIC aient cartographié eux-mêmes un terrain de jeu aux dimensions planétaires.

Depuis, j’ai appris que les joueurs ont eux-mêmes soumis à NIANTIC des photos et des coordonnées pour créer des portails sur la carte du monde d’INGRESS. Celle-ci est donc le fruit d’un travail collaboratif au niveau mondial. Il se trouve que cette carte a été réutilisée pour POKEMON GO.

La localisation des lieux intéressant pour la chasse aux mini-monstres s’appuie donc sur le travail de cartographie des joueurs d’INGRESS. Elle souffre donc du même problème : la répartition sur le terrain des points d’intérêt est très inégale.

De très inégale à très inégalitaire, il n’y a qu’un pas à franchir : à lire un article sur lemonde.fr